Voyager à trois

Un gars, deux filles. Un couple qui voyage depuis un an en Amérique latine, une amie en vacances qui vient les retrouver pour deux semaines et demie. Terrain de jeu : l’Equateur. Impressions et ressenti de chacun sur cette expérience.

 

Repérages.info : Quand et comment avez-vous décidé de vous retrouver ? Pourquoi l’Equateur ?

Anouk (A) : Dès qu’ils sont partis, il était pour moi évident que j’allais essayer de les retrouver sur leur périple. J’aime beaucoup voyager et mes destinations sont souvent déterminées en fonction « d’opportunités » pour rendre visite à des amis par exemple. En plus je ne connaissais pas l’Amérique latine, c’était donc l’occasion rêvée. J’ai réussi à obtenir trois semaines en septembre pour pouvoir les rejoindre. Après il fallait s’adapter à leur itinéraire, c’était difficile pour eux d’être certains à l’avance mais ils m’ont indiqué l’Équateur. C’était donc une sorte de choix imposé, mais c’était pour le mieux ! L’Équateur est un petit pays qui présente une très grande diversité de milieux et de cultures dans un mouchoir de poche. C’était une très belle surprise.

Greg (G) et Caro (C) : Anouk était l’une des personnes qui avait le plus manifesté l’envie de nous retrouver au cours de notre voyage. Il est vrai que nous avions pris du retard par rapport à l’itinéraire que nous avions prévu au départ. Quand elle a pris ses billets, nous venions de nous décider à tourner notre premier documentaire à Cusco, au Pérou. Nous avions donc trois semaines pour mener à bien notre projet et la retrouver à Guayaquil, au Sud de l’Equateur. Un timing très serré car 3.000km nous séparait du point de rendez-vous, l’équivalent de 52h de bus. Nous avons donc zappé le Pérou (nous ne connaissons que la région du Lac Titicaca et de Cusco – liens) pour accueillir notre amie.

Repérages.info : Comment se sont passées les retrouvailles ? En un an, on a le temps de changer, non ?

A : Tout s’est passé très naturellement. D’ailleurs je ne me faisais aucun souci à ce sujet. Ils n’ont pas vraiment changé, mais j’ai pu prendre la mesure des expériences qu’ils avaient pu accumuler. Les écouter parler de leur voyage en étant dans un hamac sous les étoiles avec eux, ça rend les choses plus concrètes ! C’était aussi intéressant de voir que leur relation a évolué. Un an d’une telle proximité, ça rapproche. Ils fonctionnent maintenant presque à l’unisson. C’est une mécanique bien huilée. Je suis heureuse d’avoir pu partager cette expérience et d’avoir pu battre la mesure avec eux pendant quelques semaines ; c’était très important pour moi de suivre leur évolution pour mieux comprendre leur projet d’avenir.

C : J’étais bien sûr toute excitée à l’idée de retrouver Anouk et stressée de ne pas arriver en temps et en heure au point de rendez-vous. Nous avons évidemment eu plein d’embûches sur la route : premier bus annulé (et une correspondance très serrée derrière), blocage routier, attente démesurée à la frontière entre le Pérou et l’Equateur… Six heures de retard au total ! Anouk ne parlant pas un mot d’espagnol, ça m’embêtait pour elle. Quant aux retrouvailles : comme si on s’était vues la veille. Un sentiment certainement dû au fait que nous correspondons beaucoup par mail et que nous nous parlons souvent sur Skype.

G : J’ai salivé pendant tout le trajet en pensant à Anouk. Parce que je savais qu’elle apportait dans son sac un camembert et un saucisson de France.

Repérages.info : Aviez-vous planifié votre itinéraire ?

A : Pas du tout, c’était un vrai voyage backpacker où l’on décidait tout à la dernière minute. On avait connaissance des coins à ne pas manquer. Caro et Greg avaient manifesté l’envie de commencer par la côte pacifique car ça faisait un moment qu’ils n’avaient pas vu l’Océan. J’avais juste réservé mes premières nuits à Quito, car j’arrivais seule de nuit en ne parlant pas un mot d’espagnol mis à part « que pasa chica »… ce qui n’aide pas beaucoup pour s’orienter. Après, tout s’est fait au feeling en fonction des envies de chacun. Nous nous sommes arrêtés par exemple à Baños car Grégory voulait voir de plus près une éruption volcanique. Finalement il y avait trop de nuages, mais on a pu découvrir l’espace de quelques heures une très jolie vallée encastrée. Et puis nous sommes aussi allés en Amazonie, alors que ça n’était pas vraiment au programme de Caro et Grégory !

Repérages.info : Anouk, tu n’appréhendais pas trop de voyager avec un couple ? Comment ça s’est passé sur place ?

A : Ce n’est pas tant la question du couple qui m’effrayait que de rejoindre deux personnes avec leurs habitudes de voyage bien incrustées depuis 10 mois… Je savais par expérience, comment Caro fonctionne en voyage et je ne me faisais pas de souci pour Grégory. En revanche, je ne savais pas comment j’allais me positionner dans leur « routine ».  En plus, je savais que Greg et Caro font attention à leur budget, ce qui est indispensable sur plusieurs mois mais ce qui peut être frustrant sur une plus courte durée et je dois dire que plus ça va, plus on aime voyager confortablement. Mais finalement, on a tous fait des compromis spontanément et ça s’est très bien passé. L’essentiel c’est de savoir communiquer, de dire quand quelque chose ne convient pas et de respecter les besoins des autres. Ils se sont beaucoup adaptés à mes dates de séjour pour que je puisse voir un maximum de choses avant mon départ et ils ont été très patients dans leur rôle de traducteur en espagnol. Pour ma part, j’ai essayé tant que possible de leur laisser leur intimité, même s’ils n’en exprimaient pas forcement le besoin et je me suis adaptée à leur mode de fonctionnement sans problème.

Repérages.info : A l’inverse, Caroline et Grégory, vous qui bourlinguez tout le temps que tous les deux, est-ce que la venue d’Anouk a changé quelque chose ?

C : Comme l’a souligné Anouk, nous avons revu notre budget à la hausse. C’était la première fois du voyage qu’on avait des dates et un timing serré. Qui dit aller plus vite dit dépenser plus. Nous bougions en moyenne tous les trois jours alors que d’habitude, quand nous arrivons à un endroit, nous ne savons jamais quand nous allons en repartir. Nous prenons notre temps, nous nous adaptons à la météo et recherchons toujours les bons plans. La venue d’Anouk, c’était vraiment comme des vacances : nous avons fait entorse à certaines « règles » et on s’est offert des excursions que tous les deux nous n’aurions pas faites.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Repérages.info : Quel souvenir gardez-vous de ce séjour ?

A : Je garderai le souvenir d’une « trinité équatorienne » qui peut être résumée par ces trois souvenirs : Les baleines du Pacifique de Puerto Lopez, la descente en vélo du volcan Chimborazo, et le séjour chez les Shiripuno en Amazonie. L’Equateur a trois visages et c’est magique de pouvoir passer de l’un à l’autre en quelques kilomètres.

C et G : Anouk sera certainement la seule à nous rejoindre au cours de notre voyage, ça fait bien plaisir de retrouver un visage familier après autant de temps et de pouvoir partager ensemble cette expérience. C’étaient de belles vacances.

Repérages.info : Un flop, un top ?

A : Mon expérience au volcan Cotopaxi a été plutôt douloureuse. Je me suis laissée convaincre d’y aller et de monter à près de 5.000 mètres (plus haut que le Mont-Blanc) alors que j’étais fiévreuse. Résultat, je me suis endormie sur le bord du chemin pendant que Caro et Greg gambadaient vers le sommet. C’était donc un flop, mais malgré tout, ça reste un bon souvenir car les paysages étaient grandioses. Et puis, je me suis rattrapée avec le Chimborazo ! Descendre en vélo les flancs de ce mastodonte était une expérience unique. Découvrir les changements de végétation, observer les vigognes, et passer dans les villages accompagnés de Pedro et de trois américains (dont un couple en lune de miel), c’était vraiment top.

G : Le flop ça a été l’expérience avec une guérisseuse qui a sacrifié un cochon d’inde pour moi… Le top c’était la vue sur le Cotopaxi en approchant de ce volcan géant.

C : Toute la journée de mon anniversaire passée dans le bus avec en prime Anouk malade alors que je m’imaginais siroter une Piña Colada en dansant la salsa face à l’océan… Mais la consolation de recevoir un beau gâteau par la patronne de l’hôtel où nous avons atterri. Dans ce que j’ai préféré, je pense que l’Amazonie reste en pole position. Pour une question de budget, nous n’étions pourtant pas partants pour y retourner après notre séjour en Bolivie mais il y règne une atmosphère tellement particulière, détendue, que ça aurait été bête de s’en priver.

Repérages.info : Une expérience à renouveler ensemble ?

A : J’espère bien, s’ils veulent bien de moi ! Mais à vrai dire, j’espère pouvoir les voir bientôt sans avoir à traverser la terre entière. Sinon, je referai bien un séjour en Amazonie équatorienne. Le rythme de vie y est paradisiaque, et on peut y faire son chocolat ! La faune et la flore y sont superbes et le climat idéal, surtout qu’au bord du fleuve Napo il n’y a pas de moustiques ! Mais attention aux piqures de Congas, des fourmis géantes, elles font très mal… La prochaine fois, je regarderai où je mets les mains !

C et G : A refaire dans un endroit du monde où tout le monde peut dialoguer dans la même langue. C’est quand même plus agréable quand chacun peut saisir ce qui se passe, ce qui se dit sans en perdre une miette ! Et pourquoi pas à quatre, quand Anouk se sera déniché un globe-trotter ?! En ce qui concerne l’Equateur, nous sommes tombés sous le charme, le genre d’endroit où on pourrait passer quelques années. Nous conseillons d’ailleurs cette destination à toute personne qui aimerait connaître l’Amérique latine en peu de temps.

Texte et photos :
Anouk Ferté-Devin, Caroline Pothier
et Grégory Salomonovitch

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s